dimanche 22 décembre 2013

Petits meurtres entre amis : Birdman, de Mo Hayder

Grosse absence de la blogosphère ces derniers mois pour cause de gros changements IRL qui m'ont gardée bien éloignée de la toile... Les choses se tassent, et j'espère que cette reprise sera la bonne.
Cette absence ne m'a en tout cas pas éloignée de mes livres, et si je suis plutôt dans les suites en ce moment (Dr Sleep, L'Ecorchée, le tome 3 de 1Q84...), j'en profite aussi pour découvrir quelques nouveaux auteurs sur mes étagères. C'est le cas de Mo Hayder, auteure anglaise dont j'ai choisi de lire le 1er roman.



Le retour du chat qui dort sur les livres
Birdman
Mo Hayder
Editions Pocket

 L'histoire:

Cinq cadavres de femmes sont déterrés lors de travaux dans un terrain vague londonien. Les corps ont été mutilés et un pinson encore en vie a été inséré dans la cage thoracique de chacune des victimes, valant ainsi au tueur le surnom de "Birdman".
C'est l'inspecteur Jack Caffery qui est chargé de l'enquête. Caffery est un agent brillant, qui va rapidement trouver comment recoller les pièces du puzzle dans cette affaire sordide, mais il doit également lutter contre ses propres démons et son obsession pour son voisin, un vieil homme qu'il considère comme responsable de la disparition de son frère, bien des années plus tôt.


" Il aurait dû se lever, se dissocier par son attitude de la scène devant lui, mais [il] était pétrifié par la peur. Et pendant la seconde où il décida de ne pas bouger, le garde, le front luisant de transpiration, comprit que l'étudiant en médecine encore en blouse avait attendu ici dans la pénombre pour avoir l'intimité nécessaire et perpétrer très exactement le même acte que lui.
Le moment parut s'étirer. Puis le garde sourit.
"


Mon avis:

Je ne connaissais pas Mo Hayder, et c'est un peu le hasard qui m'a mis son 1er roman entre les mains. J'avais entendu du bien d'un de ses autres ouvrages, Tokyo, mais une overdose de romans japonais et/ou ayant trait au Japon m'a faite reculer, et j'ai préféré me diriger vers ce titre plus mystérieux. J'ai démarré ma lecture sans a priori, mais je n'ai pas pu m'empêcher de lire les accroches sur la 4ème de couverture, qui font le rapprochement avec la trilogie de Thomas Harris. A croire que tout thriller à tueur en série doit être comparé au Silence des Agneaux.

En l'occurence, il est tout de même assez probable qu'Harris ait été une source d'inspiration pour Hayder, car certains détails ne peuvent que rappeler l'histoire du tueur au masque de chair (les animaux insérés dans les cadavres des victimes en étant une des évocations les plus évidentes). Mais la Britannique réussit tout de même à raconter une histoire bien à elle, glauque, plutôt bien ficelée (jusqu'au bout, fait assez rare pour être signalé) et avec suffisamment de fausses pistes et de rebondissements pour tenir le lecteur en haleine.

Mais malheureusement, son Birdman souffre du symptôme du trop: trop de violence gratuite, noyée dans un style trop impersonnel pour qu'on en ressente vraiment un malaise. Trop de descriptions techniques barbantes (bon, on est bien loin d'un Chattam tout de même) et trop d'éléments disséminés pour brouiller les pistes puis balayés d'un simple revers de main. Et pour finir, trop de caricatures pour rendre les personnages vraiment crédibles. Du coup, on ne s'ennuie pas, mais on ressort de la lecture quand même assez frustré, frustré que cette histoire teeeellement dérangeante [bouh, torture, bouh, nécrophilie] ait été si vite résolue par le super détective teeeeellement beau gosse, teeeeellement torturé et teeeeellement plus intelligent que ses collègues.

En bref, une lecture rapide, pas désagréable, mais qui sera sûrement bien vite oubliée. Je me pencherai probablement sur l'un ou l'autre des romans suivants d'Hayder (peut-être le fameux Tokyo), mais bon, pas tout de suite.





Note: 6/10


Et sur ce, bonnes fêtes à tous!



Salsifi Papillon

4 commentaires:

  1. Aaah le billet du retour !^^
    Jamais lu Mo Hayder et pas très tentée. J'avais l'impression que c'était juste un auteur de thrillers de plus parmi d'autres, pas forcément mauvaise, peut-être même très bien (le Tokyo m'avait fait de l'oeil à une époque), mais bon, ils sont foison quand même les bons auteurs de thrillers côté anglophone alors du coup, çhaque chose en son temps. Et puis là, ton billet me conforte dans l'idée que ce n'est vraiment pas urgent !

    Bonnes fêtes à toi également !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!

      Oui, ton impression semble être la bonne: une auteure parmi d'autres, qui fait du correct mais sans plus. Mais bon, qui sait, ses romans suivants sont peut-être meilleurs... A voir un jour.

      Supprimer
  2. Comme A girl, je ais que je peux passer, en polars, je veux du bon!
    Bonnes fêtes, et reviens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a tellement de choix en polars en plus, autant se concentrer sur le meilleur :)

      Merci!

      Supprimer