samedi 17 août 2013

Ghostbusters : Only Skin, de Sean Ford


Pas mal de choses qui se bousculent en ce moment IRL, et donc un peu (beaucoup) de mal à tenir un rythme régulier sur ce blog ces derniers temps, j'espère que tout s'arrangera à partir de la rentrée.

Dernière lecture en date, une BD, ou plutôt un roman graphique américain.




Boo..
Only skin, nouveaux contes de la lente apocalypse
Sean Ford
Editions Rackham

 L'histoire:

Etats-Unis, notre époque, un petit patelin paumé et entouré de bois inquiètant. Cassie, partie depuis bien longtemps de son village natal, se voit contrainte d'y revenir accompagnée de son petit frère pour reprendre la station-service familiale après la disparition de leur père. Mais elle va bien vite s'apercevoir que la disparition de son père n'était que la 1ère d'une longue série : près d'une dizaine de personnes se sont volatilisées après avoir été aperçues dans ou aux alentours des bois. Les recherches de la police n'avancent pas, et Cassie va donc décider de mener l'enquête elle-même. De son côté, Clay, le petit frère de Cassie, fait la connaissance d'un drôle de fantôme, bien décidé à l'emmener voir ce qu'il se passe dans les fameux bois...





Mon avis:

Quelle curiosité que ce "Only Skin...". Un roman graphique donc, au dessin déjà très marqué : un trait épuré, naïf, voire même simpliste. A l'opposé de mes dernières lectures bandes dessinées donc, et à vrai dire, aussi à l'opposé du style graphique que j'apprécie.
Mais soit, c'est un parti pris de l'auteur, ça passe ou ça casse. Et en l'occurence, chez moi, ça ne passe pas.

Passons donc à l'histoire. Des disparitions inquiètantes, des bois apparemment hantés, ça, ça me parle par contre. Malgré le style qui ne m'attirait pas, je me suis donc lancée dans ma lecture avec un apriori plutôt positif, m'attendant à du mystère, du suspense, voire un peu d'angoisse. Sauf que non.

Après une mise en situation classique, mais surtout longue et poussive, Ford fait le choix d'une trame éclatée : on suit différents personnages les uns après les autres, sans cohérence chronologique. Franchement, pas facile à suivre, surtout que les graphismes n'aident pas : les personnages simplistes se ressemblent beaucoup les uns les autres, et il est parfois compliqué de suivre qui est qui dans ces différents passages décousus. Déjà là, "Only Skin..." m'avait perdue. J'ai tout de même continué ma lecture, avec une lueur d'espoir d'ailleurs, car un certain rythme apparaît vers le milieu du roman, avec l'apparition de quelques rebondissements plus ou moins bien sentis. Mais arrive le dernier tiers, et là, c'est le drame. Twist final improbable, théorie conspirationniste imbuvable, cette fin est tout simplement surréaliste.
Ca faisait longtemps que je n'avais pas été déconcertée par un final littéraire, dommage que ce soit dans le mauvais sens du terme...





Note: 3/10


Merci aux éditions Rackham et à Babelio pour ce livre.



Salsifi Papillon

3 commentaires:

  1. Aaah dommage, j'espérais une belle découverte côté roman graphique américain, à la Anya's Ghost.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi ce que j'espérais à vrai dire, car cela semblait parti pour être dans le même esprit. Dommage!

      Supprimer
  2. Et moi qui ne l'a pas encore lu...Je vais peut-être essayer quand même !

    RépondreSupprimer