dimanche 6 janvier 2013

Shopping londonien: Confessions d'une accro du shopping, de Sophie Kinsella

A l'approche des soldes, quoi de plus approprié que de continuer le challenge "Je t'aime, moi non plus" par la lecture de ce livre.







Inutile de rappeler que ma précédente lecture pour ce challenge m'avait plutôt échaudée, et c'est donc avec un peu d'appréhension que j'ai démarré ces "Confessions...". Ma mère et ma soeur, lectrices de Kinsella, m'avaient pourtant bien assuré que "même à quelqu'un comme [m]oi, cela devrait plaire". Pas trop gnangnan, et même, pas trop de romance dans ce tome en particulier m'avaient-elles dit.
Mouais, m'enfin, moi quand je vois une couverture rose bonbon comme ça et que je lis la quatrième de couv' dégoulinante (ouh, le haut le coeur!), je ne suis pas rassurée quand même.



Girly girly girly et mise à contribution du chat
Confessions d'une accro du shopping
Sophie Kinsella
Editions Pocket

 L'histoire:



Rebecca Bloomwood a 25 ans, vit à Londres et travaille comme journaliste financière, un métier qui lui vaut l'admiration de ses proches. Sauf qu'en réalité, Rebecca ne porte pas beaucoup d'intérêt à la finance, élabore ses articles à base de simples copies de communiqués de presse, et est à vrai dire bien mal placée pour conseiller ses lecteurs sur la gestion de leur budget, vu qu'elle-même est grandement à découvert. Parce qu'en effet, le péché mignon de Becky, c'est le shopping. Et chez elle s'accumulent fringues et chaussures de marque au même rythme que d'innombrables relances de son banquier pour qu'elle paye ses dettes. Dans une impasse, elle doit trouver un moyen de s'en sortir. Et au passage, pourquoi pas tenter de mettre le grappin sur Luke Brandon, ce séduisant homme d'affaires qui fréquente les mêmes conférences qu'elle?
"Si seulement il existait un moyen d'avoir de beaux vêtements sans effectuer un travail angoissant. L'un mais pas l'autre. Si seulement... Je regarde machinalement toutes les vitrines des magasins que je dépasse, et soudain, je m'arrête, coupée dans mon élan.
Un signe de Dieu. Sans aucun doute.
Je me trouve devant Ally Smith qui présente en vitrine de longs manteaux superbes. Sur la porte, un panneau écrit à la main indique: " Recherchons une vendeuse pour le samedi. Renseignez-vous à l'intérieur."
Je défaille presque en lisant cet écriteau. C'est comme si la foudre avait frappé. Pourquoi diable n'y ai-je pas pensé plus tôt? Quelle idée de génie!
"

Mon avis:


Verdict? Et bien oui, ce n'était pas si mal que ça. C'est drôle, léger, pas prise de tête pour un sou. Ultra-féminin, très superficiel, parfois un peu cliché, mais sans tomber ni dans la mièvrerie, ni dans la psychologie de comptoir.

On repassera évidemment pour ce qui est de l'originalité ou des rebondissements haletants, mais mêmes sans être captivantes, les péripéties quotidiennes de Becky sont agréables à suivre et bien retranscrites par le style simple et fluide Kinsella, avec toujours une petite pointe d'ironie plutôt pertinente. D'une situation cocasse à une autre, l'auteure nous fait sourire, jusqu'au classique (et trop simple) final tout-est-bien-qui-finit-bien.
Et puis difficile de ne pas s'attacher à Rebecca, cette héroïne pourtant égoïste, menteuse et même exaspérante, mais en laquelle beaucoup de femmes, accros du shopping ou non, pourraient retrouver un petit bout d'elles-mêmes à un moment ou à un autre de l'histoire.




Bon, cela n'a pas été non plus une révélation, je ne vais pas me lancer à corps perdu dans la chick-lit ou me rouler par terre et taper des poings et des pieds en attendant de lire la suite des aventures de Miss Bloomwood, mais nul doute que cela a tout de même été une agréable surprise et une lecture plutôt plaisante!

Note: 7/10


Salsifi Papillon

3 commentaires:

  1. Tu me convaincrais presque de me laisser tenter.:)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas non plus une accro de chick-lit, alors j'avais été agréablement surprise moi aussi, surtout qu'une première tentative avec cette auteure (The Undomestic Goddess) m'avait laissée tiède...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est entre autres pour ça que j'hésite à tenter d'autres romans de l'auteure, j'ai peur d'être tombée sur l'"exception" et d'être déçue par le reste de son oeuvre.

      Supprimer