dimanche 16 décembre 2012

Un crime (encore) trop parfait: Un café maison de Keigo Higashino

Voici donc le dernier roman d'Higashino traduit en français, rapidement remonté tout en haut de ma PAL après ma lecture du "Dévouement du suspect X".



(Vous prendrez bien une tasse de thé?)
Un café maison
Keigo Higashino
Editions Actes Sud

L'histoire:



Yoshitaka et Ayané sont mariés depuis un an. Lui chef d'entreprise, elle artiste, ils forment un couple aisé et heureux, tout du moins en apparence. Car au bout de cette année de vie commune, ils n'arrivent toujours pas à avoir un enfant, le souhait le plus cher de Yoshitaka. Ce dernier annonce donc à sa femme qu'il souhaite la quitter pour une autre, avec qui il espère pouvoir fonder une famille.
Quelques jours plus tard, Yoshitaka est retrouvé mort chez lui, une tasse de café à la main, empoisonné à l'arsenic. Sa femme est évidemment soupçonnée, sauf que celle-ci, choquée par l'annonce de rupture, était partie chez ses parents et n'était donc pas présente au moment des faits. Qui plus est, impossible pour les policiers de déterminer comment le poison a pu être introduit dans le café de la victime.
L'inspecteur Kusanagi va donc mener l'enquête et tenter de résoudre ce crime apparemment parfait, aidé par sa jeune collègue Kaoru, et le brillant professeur de physique Yukawa.
"Je t’aime du plus profond de moi-même. Ce que tu viens de me dire m’a transpercé le coeur. Maintenant, je veux que, toi aussi, tu meures. "

Mon avis:


On reprend les mêmes ingrédients et on recommence: un meurtre d'apparence insoluble, un suspect presque évident, mais à l'alibi imparable, et une tragique histoire d'amour en filigrane. On retrouve aussi les deux principaux enquêteurs du Dévouement du suspect X: l'inspecteur Kusanagi et son ami le professeur Yukawa. Higashino nous offre donc à nouveau un roman à énigme où la question n'est pas tant: Qui a commis le crime?, mais: Comment a-t-il fait?

Avec ce "Café maison", nous repartons pour une plongée en profondeur dans la société japonaise, avec notamment un aperçu assez édifiant sur la position des femmes. On y retrouve cette atmosphère si caractéristique, froide, toute en retenue et en subtilité. Ici, pas de violence sanguinolante, pas de rebondissements intempestifs, mais une investigation lente, fouillée et bien ficelée. Higashino nous balade d'une fausse piste à une autre, les discréditant l'une après à l'autre par l'intermédiaire du professeur de physique à la logique imparable. Nous tenant en haleine jusqu'au dénouement, plutôt surprenant (mais un peu décevant comparé à l'ingéniosité de celui du "Dévouement du suspect X"), je ne peux que recommander ce polar si différent de ce à quoi nous a habitués les littératures américaine et suédoise du genre.

En espérant également qu'Actes Sud continue sur sa lancée et publie les autres romans de cet auteur (dont le succès au Japon a même donné naissance à une série télévisée)!
 

Note: 8/10


Salsifi Papillon

4 commentaires:

  1. Oooh j'ai hâte de le lire celui-là ! Je vais attendre un peu cela dit car lire à la suite deux types d'intrigues un peu similaires dans le concept, risque de se répercuter dans mon appréciation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut mieux effectivement, je pense que c'est cette lecture rapprochée qui a provoqué ma déception quant au dénouement, moins ingénieux que dans le tome précédent.

      Supprimer
    2. Entre parenthèse, je viens de te taguer si ça t'intéresse : http://lecture-sans-frontieres.over-blog.com/article-des-livres-et-moi-des-tags-et-moi-113688064.html

      Supprimer
  2. Je ne suis pas trop polar, en même temps je n'en ai pas lu des masses ^^ Mais le fait que ce soit un livre japonais m'intéresse beaucoup ^^
    Merci pour cette critique ^^ Bisous ^^

    RépondreSupprimer